Cinq trucs pour prévenir le spina-bifida.

Publié le 6 Septembre 2017

Il n’y a pas que dans les suppléments prénataux qu’on trouve de la vitamine B9. Il y en a aussi dans les légumes vert foncé.

 

Conseils. Chaque année au Québec, une trentaine de bébés naissent avec le spina-bifida, une malformation de la colonne vertébrale qui peut avoir de graves conséquences, comme la paralysie des jambes. Mylène Duplessis Brochu, nutritionniste à la Fondation OLO, explique comment prévenir ce handicap.

 

 

 

Prévoir le coup
L’acide folique, ou vitamine B9, permet de réduire de plus de 50% les risques de malformation du tube neural. De telles anomalies surviennent entre la troisième et la quatrième semaine de grossesse, soit avant même que la plupart des femmes découvrent qu’elles sont enceintes. «C’est la raison pour laquelle on recommande aux futures mamans de commencer à prendre un supplément qui contient de l’acide folique au moins trois mois avant la conception», indique Mylène Duplessis Brochu.

 

 

Consulter son médecin
Lorsque la mère ou le père ont des antécédents familiaux de malformation du tube neural, la dose d’acide folique doit être plus élevée. «Il faut aussi savoir que certains médicaments, comme ceux utilisés dans le traitement du diabète, diminuent l’absorption de l’acide folique par l’organisme. Dans ces cas-là, donc, la dose doit également être plus importante», explique la nutritionniste. Pour connaître le dosage approprié à votre situation, il est préférable de consulter un professionnel de la santé.

 

 

Consommer des aliments riches en acide folique
Il n’y a pas que dans les suppléments prénataux qu’on trouve de la vitamine B9. En effet, celle-ci est naturellement présente dans de nombreux aliments, comme les légumineuses, les légumes vert foncé et les oranges. «Par ailleurs, depuis 1998, la semoule de maïs, la farine blanche et les pâtes vendues au Canada sont enrichies d’acide folique», ajoute Mylène Duplessis Brochu.

 

 

Impliquer le papa
Quelques études suggèrent que la consommation d’acide folique par les hommes permet de diminuer de 20 à 30% le nombre de spermatozoïdes anormaux. «Les hommes peuvent aussi jouer un rôle de soutien auprès de leur conjointe, notamment en leur faisant penser à prendre leurs suppléments de vitamines et de minéraux. Un petit rappel de l’être aimé ne peut pas faire de tort, puisque 70% des femmes en âge de procréer oublient de prendre leur acide folique», révèle la nutritionniste.

 

 

Adopter un mode de vie sain
Outre les antécédents familiaux, il existe une multitude de facteurs qui peuvent augmenter les risques d’avoir un enfant atteint de spina-bifida: le tabagisme et l’exposition à la fumée secondaire, l’obésité, une mauvaise alimentation, etc. «Comme l’acide folique n’est pas infaillible, nous recommandons aux futures mamans de mettre toutes les chances de leur côté en adoptant un mode de vie sain et en ayant une alimentation variée et équilibrée», conclut Mylène Duplessis Brochu.

 

 

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #santé

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article